Ajuster la taille du texte Diminuer la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte

2 h 04 de solitude...

2 h 04 de solitude...

Rentrant hier soir du salon H'Expo à Strasbourg, lieu de rencontre des bailleurs sociaux et de leurs partenaires, j'ai vécu une pénible expérience que je voudrais vous partager.

Que s'est-il donc passé ? Embarquant dans le TGV j'ai rejoint ma place située dans un espace en «carré» (les espaces à quatre sièges avec une tablette centrale). Un premier voyageur occupait déjà le siège voisin du mien. Il était visiblement contrarié que j'aie l'intention de m'installer à côté de lui car ses affaires occupaient déjà mon fauteuil. Bref, je finis par m'asseoir. Dans les minutes qui suivirent deux autres hommes arrivèrent et s'installèrent sans une salutation, ni même un sourire. Encore un moment et mes trois compagnons de voyage étaient équipés de leurs ordinateurs et de leurs écouteurs de téléphone portable. Et pendant 2 h 04, nous n'avons pas échangé un regard.

J'ai eu l'impression d'être invisible ou transparent. Curieuse sensation augmentée de stupeur lorsque mon voisin a ouvert un paquet de bonbons et y a puisé avec une régularité de métronome pendant une heure sans en proposer à ses voisins.

C'est une histoire banale et pourquoi vous en parler ? Vous objecterez qu'en achetant leur billet, ces personnes n'ont sans doute pas coché l'option « blabla avec les voisins » et c'est vrai. Nous n'avions pas de contrat en ce sens et chacun a respecté la bulle de protection de l'autre. Mais où va nous mener cette parfaite indifférence à l'autre tant que nous n'avons pas un intérêt direct personnel à entrer en communication avec lui ? Hier soir, j'ai compris ce qu'on nous inculque depuis des générations : nous sommes des individus, peut-être des individualités (au sens de Sartre : « l'enfer c'est les autres). Cette vision nous a gangrenés insidieusement.

mains_3Il y a urgence à recréer du lien, à « relier » les personnes. C'est une des principales missions du Béguinage Solidaire. Au contrat passé entre des personnes motivées par leur intérêt personnel et par les calculs de prise de risques, nous devrions substituer l'alliance qui unit les hommes dans un projet à construire ensemble. Il est plus facile d'accueillir les faiblesses de l'autre dans l'alliance que dans le contrat (et ses clauses de rupture).  Car le lien créé renforce chacun comme le lien qui relie les charpentes des plus belles constructions.

Je termine en affirmant que le Béguinage Solidaire doit être l'écosystème (https://fr.wikipedia.org/wiki/Écosystème) de ses habitants : ils sont à la fois, uniques mais ils savent tous que « un plus un font bien plus que deux » et ainsi de suite. C'est-à-dire que chacun enrichit non seulement l'autre, mais tout le groupe et le renforce. Ensemble, le groupe est plus fort pour soutenir chacun lorsqu'il en éprouve le besoin. C'est à ce changement de regard que nous vous invitions dans notre précédent article.

Merci donc à mes voisins d'hier soir de m'avoir permis de réfléchir à ce sujet capital qui fait la force de notre projet.  

 

Soyez participatif ! Faites un DON ici

Contactez-nous

Contact

Veuillez recopier le code suivant
 

Actualités

ruelle

Urgence de mort sociale...

D'après une étude de l'institut CSA pour l'association les Petits frères des Pauvres, 300.000...
mains_3

2 h 04 de solitude...

Rentrant hier soir du salon H'Expo à Strasbourg, lieu de rencontre des bailleurs sociaux et de...
Convivialite-a-la-fete-des-voisins_slider

Pour une révolution copernicienne

Il faut entreprendre une révolution copernicienne dans l'approche des personnes âgées.
numerourgence

Les bons numéros à connaître

Avant de partir en vacances et tous les jours d'ailleurs, il faut connaître quelques bons...
marchepas

Lettre ouverte à Emmanuel Macron sur...

Nous nous associons volontiers à cette lettre ouverte de Sarah, professeur de français, au...

NOS BEGUINAGES